Banniere
 » Accueil » Témoignages » Pascal BURLON

Pascal BURLON

Profession : Conducteur de travaux (entreprise FAMY)
Qualité du témoin : Responsable du chantier de détournement de la Veyle

Que représente pour vous le chantier de dérivation de la Veyle ?

 Ce type de travaux en rivière reste peu fréquent et présente plusieurs défis techniques inhabituels : un volume de terrassement important (1,8 km de tranchée), un cahier des charges très pointu et un terrain difficile. Il s’agissait donc d’un challenge très motivant pour l’entreprise.

Par ailleurs, l’entreprise Famy étant implantée sur Saint-Denis-lès-Bourg, la proximité du chantier est pour nous un atout indéniable.

 

 Comment résumer votre intervention ?

 Notre participation peut se décliner en trois étapes. La première consistait, après le déboisement effectué par l’ONF, à décaper les terres et les végétaux sur la totalité de l’emprise foncière de la rivière.

Ensuite, Nous avons réalisé une tranchée et terrassé le lit de la rivière. Cette partie était réalisée avec l’aide d’un GPS 3D qui autorise un travail très rapide et très précis, sans piquetage préalable. Le conducteur d’engins suit simplement les indications du GPS qui reproduit un tracé informatique du lit de la rivière. 

Pour finir, nous avons réalisé les berges en façonnant des reliefs multiples, conformément aux attentes du bureau d’études Biotec. Cette partie était sans doute la plus compliquée pour nous, car elle laissait une large place à l’improvisation pour créer des irrégularités et nécessitait de tâtonner un peu.

 

 Quels moyens avez-vous mis en œuvre ? 

 Côté matériel, ce chantier a nécessité la présence de deux pelles de 20 et 25 tonnes, de deux bulldozers et de quatre gros tombereaux. Au total, nous avons évacué  60 000 m3 de terre qui ont été reversés dans l’étang, en renforcement de zones fragiles.

Coté homme, l’équipe était composée d’une dizaine de personnes.

Nous avons attaqué ce chantier le 18 août dernier pour un achèvement mi-novembre, hors travaux paysagers. Ce qui représente une avancée moyenne de 60 mètres par jour.

 

 Avez-vous pris des précautions particulières en rapport avec le caractère écologique de ce chantier ?

 Nous avons tenu à passer tous nos engins en huile hydraulique bio afin de prévenir tous risques de pollution accidentelle en cas de rupture de flexible. Nous avions également mis en place un barrage flottant et nous avions acquis un kit de dépollution. Mais, heureusement, toutes ces mesures se sont finalement avérées inutiles.

« Retour aux témoignages
Nos actions phares
:: 01/06/2012
Mis à jour le 07/12/2012
Bilan du Contrat de Rivière Veyle 2004-2011
Le contrat de Rivière Veyle a pris fin en 2011, 7 ans après sa signature en janvier 2004. Afin d'évaluer la pertinence des...
Témoignages
:: Bruno BARBET
L’élaboration de notre stratégie d’intervention sur la rivière et les ouvrages hydrauliques est une problémati...
:: Gérard BRANCHY
Je serais attentif à l’équilibre entre les territoires composant le bassin versant de la Veyle, et en particulier la bonne prise...